Maladie
valvulaire
cardiaque

Qu’est-ce qu’une maladie valvulaire?

Le cœur se compose de quatre cavités qui pompent le sang partout dans l’organisme et de quatre valves qui, lorsqu’elles fonctionnent normalement, assurent un écoulement efficace du sang entre les cavités du cœur. Les valves malades ou défectueuses peuvent ne pas s’ouvrir ou se fermer correctement et entraver la circulation sanguine. 

La maladie valvulaire cardiaque est le nom donné à toute dysfonction ou anomalie d’au moins l’une des quatre valves cardiaques, ce qui nuit à la bonne circulation sanguine dans le cœur. Ce problème peut être causé par le vieillissement, une maladie héréditaire, une infection ou un traumatisme de l’une ou l’autre des valves cardiaques.

Les principaux types de maladies valvulaires sont les suivants :

  • Sténose ou obstruction valvulaire : À cause de certaines conditions médicales ou anomalies anatomiques, l’ouverture de la valve peut être exceptionnellement étroite, ce qu’on appelle un rétrécissement ou sténose valvulaire. Cette anomalie cause une obstruction au flot sanguin et amène une surcharge de pression dans les chambres cardiaques et parfois dans les poumons. Cette condition est souvent due au durcissement (calcification et fibrose) des feuillets de la valve avec l’âge, ce qui cause un rétrécissement progressif de la valve. La valve aortique est la plus fréquemment atteinte de sténose suivie de la valve mitrale (sténose mitrale).
  • Régurgitation ou insuffisance valvulaire : Lorsque la valve est régurgitante ou insuffisante, elle ne se ferme pas complètement,  et n’est donc pas étanche, ce qui cause un reflux de sang dans le sens inverse de la circulation sanguine normale. Cette anomalie cause une surcharge de volume sur les chambres cardiaques. Les valves les plus fréquemment touchées par la régurgitation sont la valve mitrale (régurgitation mitrale) et la valve aortique (régurgitation aortique).
Signe et symptômes

Dans les premières phases de la maladie, les patients avec maladie valvulaire cardiaque ne présentent pas de symptômes ou signes particuliers : on parle alors de la phase asymptomatique. Les symptômes peuvent apparaitre progressivement ou brutalement. Les signes des maladies valvulaires comprennent, sans s’y limiter :

  • L'essoufflement
  • L'évanouissement
  • La toux
  • Une douleur ou un serrement de la poitrine
  • La fatigue
  • Des vertiges ou des étourdissements
  • Des sensations de rythme cardiaque anormal (battements irréguliers/palpitations)

Ces symptômes ne sont pas toujours sévères ni perceptibles. Ils sont souvent associés au processus normal de vieillissement et ainsi, ils peuvent passer inaperçus. Ils ressemblent aussi à ceux d’autres formes de maladies cardiaques et pulmonaires.

Diagnostic

Les maladies valvulaires cardiaques se traitent bien si elles sont diagnostiquées tôt. Le diagnostic commence par une simple auscultation au stéthoscope. Votre médecin écoute votre cœur à l’aide d’un stéthoscope et un « souffle » caractéristique est habituellement la première indication d’un trouble d’une valve cardiaque.

Ensuite, après ce diagnostic, le médecin procède à un examen plus approfondi au moyen d’un échocardiogramme et/ou d’un scanneur pour comprendre le type exact de maladie valvulaire et la gravité de l’anomalie. Si vous avez plus de 65 ans ou si vous pensez avoir l’un ou l’autre des symptômes d’une maladie valvulaire cardiaque, nous vous recommandons de consulter votre médecin.

Traitement

Pendant les premiers stades de la maladie valvulaire, lorsque la condition est moins sévère et n’entraîne pas de symptôme, ni de problème important, il est préférable  de surveiller votre état de santé pour voir comment les choses vont évoluer. Cependant, plus le diagnostic et le traitement de la maladie valvulaire cardiaque sont précoces, meilleur est le pronostic pour le patient. Il est donc très important d’assurer un suivi régulier de vos symptômes avec votre médecin afin qu’il détecte rapidement tout changement ou détérioration de votre état et amorce le traitement approprié.

Le traitement des maladies valvulaires cardiaques varie selon la sévérité de la maladie, mais en général, il faut réparer ou remplacer la valve par chirurgie. Dans certains cas, la valve aortique peut être réparée chirurgicalement et les tissus maintenus en place. Mais le plus souvent, il faut remplacer la valve aortique par une prothèse valvulaire mécanique ou une bioprothèse provenant d’un animal. La valve mitrale est celle qui est traitée le plus souvent par une chirurgie réparatrice, mais elle doit être remplacée dans certains cas.

La chirurgie conventionnelle de remplacement de valves cardiaques a prouvé son efficacité comme traitement des maladies valvulaires depuis plus de 50 ans. En plus des formes conventionnelles de chirurgie à cœur ouvert, on dispose aujourd’hui d’autres approches novatrices et moins effractives comme l'implantation transcathéter de valve aortique. Ce type de traitement peut convenir aux patients qui sont à risque élevé de complications pour une chirurgie cardiaque à cœur ouvert de façon conventionnelle. Votre médecin pourra vous conseiller sur le traitement qui vous convient le mieux.

Remplacement d’une valve cardiaque

Selon vos symptômes et l’état général de votre cœur, votre fournisseur de soins de santé peut recommander la réparation ou le remplacement d’une ou des valves cardiaques qui fonctionnent mal. Généralement, un chirurgien procédera à une opération à cœur ouvert pour remplacer ou réparer des valves cardiaques. Il devra alors ouvrir le thorax et votre cœur sera arrêté le temps que le chirurgien puisse réparer ou remplacer la ou les valves cardiaques défectueuses.

La valve mitrale peut être réparée en enlevant ou en réalignant le tissu valvulaire. Un anneau peut aussi être utilisé pour soutenir la valve réparée. Toute la valve peut être enlevée et remplacée par une valve artificielle. Il en existe deux types : les valves biologiques et les valves mécaniques. Les valves biologiques sont d’origine animale ou humaine, provenant d’un donneur (valve aortique seulement). Les valves mécaniques sont entièrement fabriquées. Chaque type nécessite une médication différente après l’implantation.  

Cette intervention peut durer quelques heures. Les patients peuvent demeurer hospitalisés pendant quelques semaines et le rétablissement peut prendre environ trois mois. L’intervention valvulaire s’avère depuis plus de 50 ans une méthode efficace de réparation ou de remplacement des valves.

Valvuloplastie par ballonnet

Chez certaines personnes dont les valves aortiques ou mitrales sont gravement rétrécies, il est possible d’atténuer ce rétrécissement au moyen d’une intervention appelée valvuloplastie par ballonnet, moins invasive qu’une intervention à cœur ouvert, mais moins durable. Pour cette intervention, un petit cathéter contenant un ballonnet dégonflé est inséré dans le cœur et placé dans la valve rétrécie. Le ballonnet est ensuite gonflé pour ouvrir la valve et séparer les feuillets.

Réparation et remplacement chirurgical des valves

La valve endommagée peut être réparée à l’aide d’un anneau pour la soutenir, une méthode plus souvent utilisée dans le cas des valves mitrales ou tricuspides. Sinon, toute la valve peut être enlevée et remplacée. L’intervention peut durer quelques heures. Les patients peuvent demeurer hospitalisés pendant quelques semaines et le rétablissement peut prendre environ trois mois. La valve de remplacement peut être soit mécanique, soit fabriquée à partie de tissu animal.

L’intervention valvulaire s’avère depuis plus de 50 ans une méthode efficace de réparation ou de remplacement des valves.

Intervention valvulaire minimalement invasive

Une intervention chirurgicale minimalement invasive est une autre méthode de traitement des maladies valvulaires cardiaques, moins invasive que la chirurgie générale ou à cœur ouvert. Dans le cas de l’intervention valvulaire minimalement invasive, on accède au cœur en pratiquant une petite incision d’à peine cinq centimètres de long du côté droit du thorax. Le chirurgien insère ensuite une caméra qui lui permet de voir le cœur, de réparer ou de remplacer la valve endommagée.

L’intervention valvulaire minimalement invasive nécessite souvent un séjour en milieu hospitalier moins long qu’une chirurgie traditionnelle et il peut falloir aussi moins de temps pour vous rétablir. De plus, cette intervention peut causer moins d’inconfort, réduire le risque d’infection et laisser moins de cicatrices.  

L’intervention valvulaire minimalement invasive peut aussi servir à remplacer la valve aortique soit par une courte incision verticale au milieu du thorax, soit par une petite incision horizontale dans la partie supérieure droite du thorax.  

Implantation transcathéter de valve aortique (ITVA)  

L’ITVA est une intervention minimalement invasive souvent utilisée pour traiter les patients présentant une sténose aortique. Elle consiste à insérer la nouvelle valve à l’aide d’un tube (cathéter) dans l’artère fémorale, dans l’aine, et à la positionner dans le cœur sous guidage radioscopique. La valve de remplacement se trouvera à l’intérieur de la valve aortique naturelle et elle se dilatera en repoussant la valve aortique malade.  

L’ITVA se fait sous anesthésie locale et un peu de sédation. La nouvelle valve est fabriquée à partir de tissu provenant d’une vache (péricarde).        

Étant donné que la valve de remplacement est placée à l’aide de techniques minimalement invasives, de nombreux patients peuvent se rétablir plus rapidement qu’ils ne le feraient à la suite d’un remplacement valvulaire à cœur ouvert traditionnel.  

Abonnez-vous pour recevoir les plus récentes mises à jour
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.